http://yogajoseph.fr/Site_Yoga/Accueil.html

                  

Une philosophie du Bien-être

 
 
 

Retour

Liste.html
MIMAmSA
Articles recommandes

Notes :


  1. 1.L' exégèse (ἐξήγησις) en grec : « mener hors de », est en philologie, une étude approfondie et critique d'un texte.

  2. 2. Gerhard J. Bellinger, Encyclopédie des religions.

  3. 3. Madeleine Biardeau, L'hindouisme, anthropologie d'une civilisation.

  4. 4. moksha.

  5. 5. brahman.

 
Mīmāṃsā (devanāgarī: मीमांसा)1 est une école de philosophie indienne hindoue, dont le nom signifie « recherche », « exégèse 1 ». Celle-ci se proposait à l'origine de réaliser le commentaire systématique des textes et rituels fondateurs des cultes sacrificiels védiques. 
Elle fut créée par le sage Jaimini (v.200 ap. J.-C.). Celui-ci s’opposa au bouddhisme, en défendant l'autorité des Veda  afin de promouvoir le brahmanisme.
Le texte fondateur de la Mīmāṃsā est le Pūrvamīmāṃsā Sutra composé entre -300 à -100 avant notre ère. Celui-ci comprend douze chapitres dont le premier traite principalement de philosophie. L'un des principaux commentateur de ce texte est Śābara (Ve ou VIe siècle).


Terminologie
La Mīmāṃsā se divise en deux systèmes opposés qu’il ne faut pas confondre : 
la Pūrvamīmāṃsā (« exégèse ancienne », des Veda), gardera le nom de Mīmāṃsā, adepte du ritualisme, 
et la plus tardive uttarâ-mîmânsâ (« exégèse ultérieure », des Upaniṣad), s'appelle actuellement  Vedānta, adepte de la spéculation métaphysique ("recherche du Soi") 2.


Philosophie
Les philosophes de la Mīmāṃsā ne croient pas à la contemplation, à la recherche de l'Absolu. Ils refusèrent même l'idée de la délivrance 4, et lorsqu'ils se verront contraints de l'intégrer, ils affirmeront encore qu'elle est obtenue par les rites. Leur conception de l'action est douloureuse par nature. L'action n'exprime pas l'homme, elle trahit seulement son désir, au sens égoïste du terme 3.
La Mīmāṃsā ritualiste se divise en deux branches : 
La branche fondée par Prabhakara (VIIe-VIIIe siècle après J.C.), affirme l'existence d'innombrables âmes éternelles qui transmigrent dans les corps tant qu'elles ne parviennent pas à se libérer de la chaîne des réincarnations et à atteindre de cette façon l'Absolu 5. 
La branche fondée par Kumarila Bhatta (VIIe-VIIIe siècle après J.C.), adopte un point de vue théiste proche du Vedānta2. Il tenta de réfuter le bouddhisme et fut l'un des réformateurs qui contribua à la restauration de l'hindouisme après la domination du bouddhisme en Inde. Célèbre pour ses thèses sur la Mimamsa, Bhatta était un farouche partisan de la validité de l'injonction suprême védique. ../Lexik_court/Upanishad_C.htmlVedanta_L.htmlBouddhisme_L.htmlHindouisme_L.htmlhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Indeshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2shapeimage_5_link_3shapeimage_5_link_4
 
 

Bibliographie :

 

  1. (fr) Gerhard J. Bellinger, Encyclopédie des religions, Ed. Le Livre de Poche, 2000, 804p. ISBN 978-2253131113.

  2. (fr) Madeleine Biardeau, L'hindouisme, anthropologie d'une civilisation, Ed. Flammarion, 2009, 312 p. ISBN 978-2081227187.

 
मीमांसा

Une question ?
Un commentaire...mailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=Une%20question%20?%20Un%20commentaire%20sur%20...shapeimage_7_link_0shapeimage_7_link_1