http://yogajoseph.fr/Site_Yoga/Accueil.html

                  

Une philosophie du Bien-être

 
 
 

Retour

Liste.html

Une question ?
Un commentaire...mailto:marie.renger@gmail.com?subject=objet%20du%20courriermailto:marie.renger@gmail.com?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=Une%20question%20?%20Un%20commentaire%20sur%20...shapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1
Articles recommandes
Introduction
Jiddu Krishnamurti , né à Madanapalle (Andhra Pradesh) le 12 mai 1895 et décédé à Ojai (Californie) le 17 février 1986, est un homme d'origine indienne promoteur d'une éducation alternative. Apparue au sein de la théosophie et de la contreculture des années 1960, sa pensée exerça une influence notable sur des auteurs et des personnalités de différentes disciplines.
D'abord présenté dès son adolescence par la société théosophique de l'époque comme un messie potentiel, il a opéré un revirement un peu plus tard pour développer une thèse radicalement opposée, reposant principalement sur l'idée qu'une transformation de l'humain ne peut se faire qu'en se libérant de toute autorité. Sa conviction était qu'un tel changement devait passer par une transformation de ce qu'il appelait le « vieux cerveau conditionné de l'homme », « mutation de la psyché » afin d'accéder à une liberté que ni les religions, ni l'athéisme, ni les idéologies politiques ne seraient capables de produire, puisque, selon lui, elles ne font que perpétuer les conditionnements.

Biographie
« L'instructeur du monde »
  Krishnamurti est né en 1895 à Madanapalle au sein d'une famille de brahmanes de l'Andhra Pradesh dans l'Inde sous administration britannique. Huitième enfant masculin, il lui fut donné, selon la tradition hindoue, le nom de Krishna 1 (murti signifiant la forme, ou la manifestation). Sa mère, Sanjeevamma, dont il était très proche, mourut quand il avait 10 ans 2.
  Leadbeater prétendit avoir décelé chez le jeune garçon une aura exceptionnelle 3. Leadbeater qui disait pouvoir explorer les vies antérieures des personnes qu'il connaissait aurait découvert que la destinée de Krishnamurti était d'être sur terre le véhicule de l’« instructeur du monde », le « Lord Maitreya » que les théosophes attendaient 4. Afin de le préparer à son destin, il commença à étudier auprès de Leadbeater et d'Annie Besant qui dirigeaient à cette époque la Société théosophique. 
  À l'été 1922, selon ses propos rapportés par Lutyens, il vécut une expérience « transformatrice » qui, bien que systématiquement accompagnée de violents maux de tête, fut qualifiée par lui-même d'éveil spirituel, qui devait changer sa vie. Ce qu'il baptisa « le processus » 5 et qu'Annie Besant appelait le réveil de la Kundalinî 6 et au cours duquel il dit avoir ressenti une « Présence », une « bénédiction », une « immensité », un « état Autre » et un sens du « sacré » auxquels il fit souvent référence en ces termes dans son enseignement, en particulier dans ses « carnets », réapparut de façon récurrente tout au long de sa vie. 
  En août 1929, il décida de dissoudre l'organisation mondiale, établie en 1913, pour le soutenir et qui avait été appelée « l'Ordre de l'Étoile du Matin », déclarant à cette occasion : « La Vérité est un pays sans chemin, que l'on ne peut atteindre par aucune route, quelle qu'elle soit : aucune religion, aucune secte. »7


Notes :

M. Lutyens 1975p. 1. Krishnamurti signifie l'image ou la forme de Krishna. Krishna, dans la légende hindoue, était le huitième enfant de sa mère. 
M. Lutyens 1975 FSG, p. 5.
M. Lutyens 1975 FSG, p. 21.
Taylor 1992, p. 290-291.
Jayakar 1986 p. 46–57. M. Lutyens 1975 FSG.
Taylor 1992, p. 324.
Discours de dissolution par Jiddu Krishanmurti en français [archive]



Une autre direction
  De 1930 à 1944, ses tournées étaient organisées par la Star Publishing Trust (SPT) sous la direction de D. Rajagopal. C'est à cette même époque qu'il fonda les premières écoles selon sa vision de l'éducation. Dans cette période, Krishnamurti réside principalement à Ojai en Californie où il reçut la visite de plusieurs personnalités comme Aldous Huxley, Igor Stravinsky, Bertolt Brecht, Thomas Mann, Bertrand Russell. Il commence à évoquer un thème qui devait revenir fréquemment dans ses conférences, celui de la « véritable méditation », dont le sens est différent de celui qui était acquis à cette époque1. De la même façon, il critiquait fréquemment la division faite entre le conscient et l'inconscient 2.
 Vers 1950, Krishnamurti se plaignait fréquemment autant de la vénération dont il était l'objet en Inde que de l'approbation molle et inactive de ses auditoires occidentaux 3. En Inde, sa popularité était très importante et il rencontra plusieurs figures notables de la spiritualité telles que Ramana Maharshi, Mâ Ananda Moyî et Vimala Thakar 4. 
  En 1956, il rencontra également Tenzin Gyatso, le 14e dalaï-lama, avec qui il eut une relation de respect mutuel 5. 
 En 1960, il rencontre le physicien David Bohm dont les vues lui semblent proches des siennes. Les deux hommes devinrent rapidement amis et enregistrèrent un certain nombre de dialogues qui se déroulèrent sur une vingtaine d'années.  Il interpelle son auditoire de façon plus radicale, comme s'il y avait une urgence à comprendre ce qu'il voulait leur transmettre.
 En 1980, il réaffirme les grandes lignes de sa philosophie dans une déclaration écrite connue sous le nom « le cœur des enseignements ». Bien que dans les années 1980, certains notèrent des signes de fatigue physique et mentale, après une vie où s'étaient succédé diverses maladies, il continua à donner une moyenne de 120 conférences par an jusqu'à sa mort 6. 
 À l'âge de 90 ans, il s’est adressé aux Nations unies sur le sujet de la paix et de la conscience et a reçu la Médaille de Paix de l'ONU pour l'année 1984 7.
Son dernier entretien public eut lieu à Madras, en Inde, en janvier 1986, un mois avant son décès, à Ojai, en Californie.



Notes :

« Le processus même d'apprentissage de la méditation est un déni de la méditation » … La vraie méditation est le phénomène le plus merveilleux que l'on puisse expérimenter »… « Il avait développé ses vues sur la méditation depuis plusieurs années, mais cette fois l'accent mis sur la "vraie" méditation devenait constant : « Savez-vous ce qu'est la vraie méditation ? Ne voulez-vous pas découvrir pour vous-même la vérité sur le sujet ? (...) Pour découvrir l'art de la méditation, vous devez connaître toute la profondeur et l'ampleur de ce processus extraordinaire appeler "penser". Si vous acceptez une quelconque autorité qui vous dit "Méditez comme ceci", vous n'êtes qu'un adepte, le serviteur d'aveugle d'un système ou d'une idée » 
M. Lutyens 1983 KFT, p. 44. J. Krishnamurti 1991 p. 170. 
Vernon 2001 p. 231. Los Angeles Times 1928.
Ramana 1958 Volume I p. 46, 200), Jayakar 1986 p. 144.
Jayakar 1986 p. 203.
Williams 2004 p. 375, 438.
Discours de Krishnamurti à l'ONU [archive].



Le message de Krishnamurti
« La Vérité est un pays sans chemins ». L'acquisition de cette « vérité » (qu'il appelait aussi « l'art de voir ») ne peut, selon lui, se faire au travers d'aucune organisation, aucun credo, aucun dogme, prêtre ou rituel, ni aucune philosophie ou technique psychologique. Elle serait mieux connue par le miroir des relations et l'observation du contenu de son propre esprit.
La perception de la vie serait conditionnée par les concepts enracinés dans l'esprit. L'individu ne serait ainsi que le produit superficiel d'une culture. À partir de ce constat, une liberté peut être entrevue dans l'observation attentive de son propre manque de liberté. 
La connaissance du mouvement de ses propres pensées révèle l'esclavage au passé, la division entre le penseur et sa propre pensée, l'observateur et l'objet d'observation, l'expérimentateur et son expérience. Quand cette division se résorbe, l'observation « pure », libérée du temps et des conditionnements provoquerait une mutation radicale de l'esprit 1.
Il se disait libre de toute nationalité (comme de toute culture ou religion) parce que, selon lui, l'attachement à la nationalité provoque la séparation qui est à son tour à l'origine des conflits 2.

Notes :

The core of the teachning [archive].
Jiddu Krishnamurti,Raymond Martin, Krishnamurti: reflections on the self, KFA, 1997 (présentation en ligne [archive]), p. 200



Les écoles Krishnamurti
Krishnamurti est à l'origine de plusieurs écoles : de la KFI, Krishnamurti Foundation Trust en 196859, du Centre éducatif Krishnamurti de Brockwood Park en 1969 et d'Oak Grove à Ojaï en Californie en 1975. Plusieurs écoles ont été ouvertes en Inde, à Rishi Valley, et Rajghat Besant61, auxquelles il rendait visite tous les ans. Une autre école a été créée à Wolf Lake au Canada. Selon Krishnamurti, leur vocation était de susciter l'apparition d'une nouvelle génération d'êtres humains, libre d'égocentrisme et de permettre à la fois à l'enseignant et à l'enseigné d'explorer non seulement le monde du savoir mais aussi leur propre pensée et leur propre comportement.


Le paradoxe Krishnamurti ?
Un conflit avec D. Rajagopal, directeur du Star Publishing Trust et organisateur des activités de Krishnamurti, au sujet de droits d'auteurs les conduisit tous deux dans une bataille légale qui eut raison de leur amitié. Mais c'est aussi à cette occasion que la relation amoureuse de Krishnamurti avec la femme de Rajagopal apparut au grand jour. Krishnamurti s'expliqua à ce sujet en déclarant qu'on attendait toujours de lui qu'il soit un « messie » malgré son éloignement de la théosophie et en évoquant un « conditionnement » de son entourage au sujet de ce que devrait être le « comportement idéal d'un enseignant spirituel »1.
Selon Radha Rajagopal, les personnes qui connaissaient bien Krishnamurti lui trouvaient une « double personnalité », l'une confiante, forte, charismatique et une autre, quand il n'enseignait pas où il semblait vulnérable et démuni, parfois puéril. Le passage de l'une à l'autre aurait plus d'une fois surpris ses proches. Pour certains il n'était qu'inspirant, amical et pour d'autres, il pouvait être très froid et manquer de tact 2 et 3.

Notes :

 (en) Erna Lilliefelt, KFA history, Krishnamurti Publications of America, 1995 (ISBN 978-1888004069).
Sloss 1993 p. 295, 315. Vernon 2001 p. 141–142, 228–229, 246–247.
Ravindra 1995 p. 25–26. Page 28, il ajoute, « cette division radicale... pourrait être une forme de « schizophrénie sacrée » qui n'est pas inhabituelle dans la littérature mystique »



Bibliographie des ouvrages les plus connus
L'éveil de l'intelligence, Stock, Paris, 1975, trad. A. Duché.
Commentaires sur la vie, tome I, Buchet-Chastel, Paris, 1957, trad. R. Giroux.
Commentaires sur la vie, tome II, Buchet-Chastel, Paris, 1973, trad. N. Tisserand.
Commentaires sur la vie, tome III, Buchet-Chastel, Paris, 1974, trad. N. Tisserand.
Le temps aboli, Le Rocher Paris, 1987, trad. C. Joyeux.
La première et dernière liberté, Stock, Paris, 1955 et Le Livre de poche, Paris, 1995, trad. C. Suarès.
La flamme de l'attention, Le Rocher, Paris, 1987, trad. J.M. Plasait et Éditions du Seuil, Points Sagesses, Paris, 1996.
Se libérer du connu, Stock, Paris, 1970 et Le Livre de poche, Paris, 1995, trad. C. Suarès.



Bibliographie  de l'article :

M. Lutyens 1975 FSG, = (en) Mary Lutyens, Krishnamurti: The Years of Awakening, John Murray, 1975, 327 p.
M. Lutyens 1983 = (en) Mary Lutyens, Krishnamurti: The Years of Awakening, New York, Avon Books Discus, 1983.
Jayakar 1986 =   (en) Pupul Jayakar, Krishnamurti: A Biography, Harper & Row, 1986, 516 p. (ISBN 0-06-250401-0) ;
Ramana 1958 = (en) [[Ramana Maharshi|Ramana Maharshi]], Talks with Sri Ramana Maharshi, Sri Ramanasramam, 1958.
Ravindra 1995  = (en) Ravi Ravindra, Krishnamurti: two birds on one tree, Quest Books (ISBN 978-0835607186, lire en ligne.
Sloss 1993 =((en) Radha Rajagopal Sloss, Lives in the shadow with J. Krishnamurti, Addison–Wesley, 1993 (ISBN 978-0201632118).
Vernon 2001 = (en) Roland Vernon, Krishnamurti: The Invention of a Messiah, Palgrave for St. Martin's Press, 2001, 306 p. (ISBN 9780312238254).
Taylor 1992 = (en) Ann Taylor, Annie Besant, Oxford U.P., 1992, 383 p. (ISBN 978-0192117960).
Williams 2004 = (en) Christine V. Williams, Jiddu Krishnamurti: His Life and Thoughts, Motilal Banarsidass Publishers, 2004, 601 p.http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.didier-artault.com/05_JK_htm/dissolution.pdf%22%20%5Co%20%22archive%20de%20Discours%20de%20dissolution%20par%20Jiddu%20Krishanmurti%20en%20fran%C3%A7aishttp://www.youtube.com/watch?v=7fzV8QH1JeEhttp://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.youtube.com/watch?v=7fzV8QH1JeE%22%20%5Co%20%22archive%20de%20Discours%20de%20Krishnamurti%20%C3%A0%20l'ONUhttp://www.jkrishnamurti.org/about-krishnamurti/the-core-of-the-teachings.phphttp://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.jkrishnamurti.org/about-krishnamurti/the-core-of-the-teachings.php%22%20%5Co%20%22archive%20de%20The%20core%20of%20the%20teachninghttp://books.google.fr/books?id=DjgZXCT7J8QC&pg=PA200&dq=nationality+krishnamurti&hl=fr&ei=9Y2tTd3fJNKQ4ga6o9GNCw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CEEQ6AEwAw%22%20%5Cl%20%22v=onepage&q&f=falsehttp://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://books.google.fr/books?id=DjgZXCT7J8QC&pg=PA200&dq=nationality+krishnamurti&hl=fr&ei=9Y2tTd3fJNKQ4ga6o9GNCw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CEEQ6AEwAw#v=onepage&q&f=false%22%20%5Co%20%22archive%20de%20pr%C3%A9sentation%20en%20lignehttp://www.questbooks.net/https://fr.wikipedia.org/wiki/International_Standard_Book_Numberhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cial:Ouvrages_de_r%C3%A9f%C3%A9rence/978-0835607186http://books.google.com/books?id=kLlfjOBJASACshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2shapeimage_5_link_3shapeimage_5_link_4shapeimage_5_link_5shapeimage_5_link_6shapeimage_5_link_7shapeimage_5_link_8shapeimage_5_link_9shapeimage_5_link_10
KRISHNAMMURTI

Jiddu Krishnamurti, vers1920.

Par  anonyme

Wikimedia Commons

 

Jiddu Krishnamurti, vers1910.

Par  anonyme

Wikimedia Commons

 

Jiddu Krishnamurti

photo depuis :

jiddu-krishnamurti.net

 

Jiddu Krishnamurti

photo depuis :

jiddu-krishnamurti.net

 

Ceci est un résumé issu de l'article sur Krishnamurti / wikipédia