http://yogajoseph.fr/Site_Yoga/Accueil.html

                  

Une philosophie du Bien-être

 
 
 
JEAN KLEIN

Retour

Liste.html
Articles recommandes
Jean Klein (19 octobre 1912, Berlin - 22 février 1998, Santa Barbara) était un maître spirituel français, originaire d'Europe centrale, s'inscrivant dans la tradition de l'Advaita Vedānta. Musicologue et médecin de formation, il est l'auteur de plusieurs ouvrages en français et en anglais (recueils d'entretiens) et enseigna aussi le yoga.
Il a dispensé au cours de sa vie en Europe et aux États-Unis un enseignement de la philosophie de la non-dualité dont la popularité en Occident est mise à son crédit par le fait qu'il fut le premier à l'adapter à la sensibilité occidentale 1. Plusieurs auteurs contemporains se disent héritiers de son enseignement.

Biographie
    Jean Klein est né à Berlin en 1912 et a passé son enfance à Brno (actuelle République tchèque), où était la plus grande partie de sa famille, à Prague et à Vienne. Plusieurs membres de sa famille étaient de bons musiciens. Il a appris le violon à l'âge de sept ans. Ses lectures, en particulier celle de Gandhi, le conduisent à devenir végétarien dès l'âge de 16 ans. Il découvre également les philosophies orientales à travers Lao Tseu, Tchouang-Tseu, Tagore, Ananda Coomaraswamy, Krishnamurti, Sri Aurobindo, Kabîr, Rumi, la Bhagavad-Gita et les Upanishad, et s'intéresse à Rudolf Steiner. Mais l'influence qu'il déclare être la plus grande fut celle de René Guénon.

    Après des études de musicologie et de médecine, à Vienne et Berlin, Jean Klein arrive de Prague à Paris en 1932-1933, fuyant le nazisme. Il fréquente le milieu artistique, il travaille le violon avec Jacques Thibaud et rencontre Pablo Casals à Prades. Il se marie le 14 mai 1934 à Cannes avec "Taffy", portraitiste et musicienne, sans le consentement des parents de celle-ci. À partir de 1935, il vit à Saint-Gervais, en Haute-Savoie, où il passera un partie de la Guerre. Ses deux filles naissent en 1936 et 1938. Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Légion étrangère, avec son ami le peintre Hans Hartung avec lequel il part pour l'Algérie. Après la fin de la Guerre, il est naturalisé français, pour bonne conduite. Il enseigne le chant, à partir de 1948.
En 1954, il embarque de Marseille pour Colombo (Sri Lanka), avec sa famille. Puis, de là se rend en Inde. Il rencontre à Bangalore un maître spirituel qu'il appelle Panditji, auprès duquel il passe environ trois ans. Il passe également quelque temps auprès de Krishnamurti dans son école de Rishi-Valley, et rencontre Atmananda Krishna Menon et Krishnamacharia, qui l'initie au yoga. Celui-ci est le professeur de yoga du Maharaja de Mysore, pour lequel Jean Klein se produit en concert à l'occasion des festivités de la fin de son règne. 2

    Jean Klein raconte l'expérience de l'éveil qu'il aurait connu lors de son séjour en Inde :
    «Un changement complet survient un soir, sur Marine Drive à Bombay. Je regardais les oiseaux et soudain, je fus entièrement saisi par eux, comme si tout cela se passait en moi. J’eus réellement connaissance, conscience de moi-même. Le matin suivant, face à la variété de la vie quotidienne, je sus que ma compréhension de l’Être était une réalité. La vie coulait sans interférence de l’ego. Je me trouvais dans une paix incomparable. Toute séparation entre vous et moi disparut dans l’Unité. Je me connus dans l’immédiat de l’instant présent, dans une liberté, plénitude, une joie pure. Je ressentais une totale gratitude et non un sentiment traversé d’affectivité. Mon maître m’avait donné la compréhension de la vérité, j’en vivais la lumineuse réalité.» 3
Revenu en Europe, entre plusieurs séjours auprès de Panditji, il transmettra ce qu'il a reçu. Dès 1960, il enseigne donc la philosophie de la non-dualité et le yoga, en France puis dans divers pays européens (Suisse, Italie, Espagne, Grèce, Grande-Bretagne, Pays-Bas). Puis, à partir des années 1980, il enseigne aux États-Unis. Il passa les dernières années de sa vie en Californie, à Santa Barbara, où il est décédé en 1998.Vedanta_L.htmlVedanta_L.htmlhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Yogashapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2
Citations 

L'écoute
 - Ce que vous cherchez, vous l'êtes déjà.
Nous ne pouvons parvenir à l'inconnu en poursuivant le connu.
La transmission de la lumière n'est pas intentionnelle. Elle se produit spontanément quand l'ouverture rencontre l'ouverture.C'est l'absence de soi qui est notre totale présence. L'écoute est notre vraie nature. 
L'écoute est désencombrée, libre de toute mémoire. C'est un non-état. L'écoute est un continuum. Tout objet perçu vous ramène à votre vraie patrie, à l'écoute.
Quand l'écoute est maintenue, elle devient lucidité, éveil.
L'écoute est une méditation constante, sans personne pour méditer ni objet de méditation.
L'écoute est le support de toutes les perceptions. C'est la lumière qui donne réalité à tout ce qui est perçu. 
Dans l'écoute vous vivez réellement votre complète absence. C'est seulement dans cette absence complète que vous pouvez sentir votre présence. Vous ne pouvez vous en empêcher, vous êtes écoute.
Soyez un observateur vierge de préjugés, innocent, dépourvu de toute intention préalable. Ce que vous avez compris se résorbe dans l'être la compréhension. Être compréhension est silence.
Ce que vous êtes ne peut jamais se mettre en évidence ; c'est une ouverture totale qui ne se réduit jamais à une conclusion ou à une assertion.
C'est en comprenant la nature de la personne que vous pouvez vous affranchir de la personne.

L'acceptation. Le corps 
Le corps est un véhicule auquel vous ne devez pas vous identifier.
Accepter veut dire accueillir chaque fait, chaque perception qui vous vient.
Accepter entraîne l'harmonisation de la pensée. Accepter la situation harmonise la situation. Accepter est libre de volonté, accepter est absolument actif, alerte. C'est actif-passif.
Accepter, c'est lorsque vous dites "Je ne sais pas..."
Une acceptation réelle est un lâcher prise, un abandon, une attente, mais une attente sans attente.

Tranquillité, Etre.
C'est uniquement une tranquillité vivante, une tranquillité où personne n'essaie d'être tranquille, qui est apte à défaire les conditionnements auxquels est soumise notre nature biologique. Quand la vie n'est pas soumise à un choix, elle a la liberté de se déployer.
Dans une question vivante, l'ouverture est la voie vers une réponse vivante.
Les facultés créatrices sont une expression de l'ultime mais lorsqu'on oublie que l'on est l'ultime, il se produit une insécurité, une identification avec la création.
 

Bibliographie : 


  1. (fr) L'ultime réalité, Courrier du livre (1968).

  2. (fr) Sois ce que tu es, Courrier du livre (1976).

  3. (fr) La joie sans objet, Mercure de France (1977).

  4. (fr) L'insondable silence, Les Deux Océans (1986).

  5. (fr) Qui suis-je ? La quête sacrée, Albin Michel (1988).

  6. (fr) La conscience et le monde, Acarias - L'Originel (1992).

  7. (fr) A l'écoute de soi, Les deux Océans (1992).

  8. (fr) Transmettre la lumière, Éditions du Relié (1994).

  9. (fr) Ouvert à l'inconnu, Acarias - L'Originel (2009).

  10. (fr) La joie sans objet, Almora (2009) (rééd.).

  11. (fr) A l'écoute de Jean Klein, Almora (2012) de Nita Klein, sa fille.

 

Notes :


  1. 1.  Sur le site de René Barbier professeur des sciences de l'éducation à Paris VIII [archive].

  2. 2. « A l'écoute de Jean Klein », Nita Klein, Almora, 2012.

  3. 3. « L'insondable silence » Jean Klein, Les Deux-Océans, 1986.

 

Une question ?
Un commentaire...mailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=Une%20question%20?%20Un%20commentaire%20sur%20...shapeimage_7_link_0shapeimage_7_link_1

Une question ?
Un commentaire...mailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=objet%20du%20courriermailto:yogajoseph@hotmail.fr?subject=Une%20question%20?%20Un%20commentaire%20sur%20...shapeimage_8_link_0shapeimage_8_link_1